Marrackech express, ou jane Eyre à travers moi...

Ce sont mes textes...Des lettres d'amour adolescentes, aux petits romans inignifiants... Je respire donc j'écrit...

29 mai 2006

Chapitre 1.

Rencontre

Petit déj’ terminé. Direction la salle de bain pour voir ma tête avant de partir pour le bahut. Mince ! Rien à faire : cette tache ne partira pas. Autant y aller comme ça pour bien se foutre la honte. T’as vu ta gueule : t’es trop moche ma pauvre Iaüle. Bon allons-y, c’est reparti pour une journée de galère : bus, lycée, bus, maison. Tous les jours la même rengaine. D’abord c’est : « Désolé monsieur (le conducteur de bus de mon c…), j’ai oublié mon ticket… ». Ensuite, c’est les trois pimbêches de la classe : les biens nommées mesdemoiselles « Face-de-pizza », « Tour-de-pise », et la plus belle (si on aime les poils !) « Yéti », qui est ma «cousine par alliance» (encore heureux : j’aurais honte de porter le huitième de son sang !). Et pour finir en beauté, j’ai mes … enfin bon un truc de fille quoi ! Merde ! Je suis en retard !

-    Bonjour j’ai pas de…

C’est pas le même, et celui là il a une tête de chien de garde. Genre bouledogue…

-    … Pas de ticket ? Ben tu rentres pas (Je les reconnais, moi, les délinquants ! Fais gaffe, petite ! ).

-    Ouais, ben vous voulez que je fasse comment ?

C’est la tuile !

-    T’achètes un ticket ou tu dégages. Tu vas me mettre en retard… Madame ?

Hé ho ! Je suis toujours là moi ! Du bateau !

-    Ma chérie, excuse moi d’être en retard mais il y…

C'est à moi qu’elle parle la vieille ? Je la connais d’où ?… Faut que je lui réponde…

-    C’est pas grave…

-    Tu as encore oublié ton ticket ? Monsieur, deux tickets, s’il vous plait ! Voyez-vous, ma petite fille est très distraite, un peu comme moi mais…

Elle délire ou quoi ? Elle doit être très atteinte…

-    Bon, mesdames on se dépêche ! (C’est bien joli tout ça, mais moi je vais être en retard sur l’horaire.) Tout le monde en voiture !

Bon, je vais me cutter là au fond du bus, et qu’on me fiche la paix ! De toute façon, pourquoi je pense ça, puisque personne ne vient jamais me parler ? Là est la question ? (Hamlet…). Je deviens timbré : je fais des citations maintenant ! C’est à cause de l’âge : seize ans, c’est beaucoup trop vieux. Note à moi-même : (De toute manière, pour qui veux-tu que se soit ? Ce que je peux être bête ! ) il faudrait que je pense à mourir, si c’est pour devenir aussi sénile que l’autre vieille…

En parlant, elle vient s’asseoir à côté de moi. Je l’ai pas remercié. Bof c’est pas grave. Elle va quand même pas venir se taper la dicut’ avec moi ? Si oui, elle a de l’espoir ! L’ignorer, c’est la meilleure chose à faire…

-    Excusez- moi, puis-je m’asseoir à vos côtés ?

-    Oui.

J’avais raison, de toute façon j’ai toujours raison… Ne pas lui répondre, sinon j’ai pas fini.

-    Vous m’avez l’air peu bavarde, je me trompe ?

Non, la laisser parler toute seule.

-    Je suis écrivain…

Tant mieux !

-    … Et je cherche une jeune personne qui puisse transporter de vieux manuscrits de ma bibliothèque à mon bureau…

Ca nous fait une belle jambe ça, dite moi !

-    J’habite dans le quartier…

Ben tiens, ça m’aurait étonné !

-    … Et, comme j’ai cru le remarquer, vous n’avez jamais d’argent pour le bus…

Bravo, Sherlock ! Où est Watson ?

-    J’ai donc pensé à vous pour m’aider…

Parce que t’arrives à penser ? T’es pas encore atteinte d’Alzheimer ?

-    Bien sûr, je vous payerai !

J’aurais pu vous répondre « oui » tout de suite, mais je suis pas du genre à voler l’argent des vieilles…

-    Je vous rembourserai le ticket, vous en faites pas. Bon, au revoir : je suis arrivée !

-    Repense à ma proposition, Iaüle !

Moment d’arrêt. Pause. Retour en arrière. COMMENT elle m’a appelée ? Iaüle ? Ça fait des lustres que plus personne ne m’appelle comme ça. Je suis Bouchon (pour mes grands-parents), Mlle de la Tombe (pour les profs), et Croque-mort (pour les gens du lycée). A part ces trois catégories, je ne parle à personne. COMMENT connaît-elle mon prénom, la question est inévitable. Demain,  je lui demande !

Le lycée : rendez-vous des incultes et des rebus. Trop intelligents pour les BEP et autres CAP, la plupart des lycéens sont trop feignants pour travailler en seconde. Le brevet les a déjà bien fait c… l’an dernier, ils vont quand même pas bosser cette année ! La moitié va doubler (et pas redoubler ! Ils vont quand même pas se la taper quatre fois, la seconde !), l’autre moitié est divisée en deux : les vraiment trop bêtes qui vont en professionnel (peuvent pas faire autre chose !), ceux (encore deux possibilités) qui ont bien bossé (minorité…) et ceux qu’on peut pas faire autrement parce qu’un « re »doublement, ça coûte trop cher à l’Etat ! Dites-moi pourquoi ils en font doubler qui ne travaillerons pas plus, et ils en font passer alors que le doublement leur serait bénéfique ? Bon bref, je m’égare.

Le lundi matin, pour bien partir, on démarre avec deux heures de français en compagnie de la prof la plus soporifique de tout le lycée. (Même la prof de maths arrive à me captiver avec sa trigonométrie, c’est pour dire…). Enfin bon après s’enchaînent : sport, maths, TP de chimie. Beau programme en perspective !

Bus, maison. C’est pas trop tôt ! La vieille est pas là. Au moins elle viendra pas me parler. Journée banale : à part Yéti personne n’a remarqué ma tâche. Elle s’est moquée de moi avec ses copines, mais je leur ai fait mon regard de méchante sorcière cruelle… Après elles se sont occupées du cas « DANIEL ». Pauvre gars : pas très intéressant, mais martyr dans l’âme.

garçon qui m’accompagne.

-    Mamie ? Je suis rentrée.

-    Bonsoir Bouchon !

-    Bonsoir papy !

-    Mamie est chez madame Prépai.

-    Connaît pas.

-    Tu devrais arrêter de manger ces cochonneries…

-    Pourquoi ? J’aime ça, et puis si t’aimes pas t’en mange pas.

-    C’est pour toi que je dis ça.

Oui, ben garde tes réflexions la prochaine fois !

-    Que vas-tu faire maintenant ?

Devine !

-    Regarder la télévision ?

Je viens de découvrir la véritable identité de mon grand-père : c’est lui Watson !

-    Je ne comprends pas cette génération : tout le temps…

Et blabla… Il est reparti pour une longue heure de monologue ! Tu m excuses pépé, j’ai autre chose à faire…

-    Aucune imagination…

Ne surtout jamais entrer dans la discussion et le laisse parler seul… Il aime tellement s’écouter !

-    Aucune initiative…

Alors là, je t’arête : j’ai beaucoup d’imagination et je prends des initiatives… Certes, je n’ai pas d’exemple précis mais… Mon programme télé va commencer ! Désolé de te planter au milieu d’un si puissant discourt…

-    Mais pourquoi ne m’écoute-t-on jamais…

La télévision : l’objet de beaucoup de critiques mais aussi de convoitises. Qui a notre époque n’a pas de téléviseur ? Qui n’aime pas regarder les images défiler à une allure telle que l’on en oublie le temps qui passe et tous les devoirs de la vie ? Qui n’aime pas se sentir abruti par les sons tonitruants, les images aux couleurs gaies et souvent criardes des plateaux télé où se succèdent chanteurs à la voix mielleuse, acteurs à belles gueules, etc., etc., … Le présentateur tantôt souriant, applaudissant, scandant… Une sorte de propagande en somme. Mais seules quelques personnes, vues très certainement comme des marginaux, refusent ce système, refusent de se soumettre à la « société de consommation » (nom pompeux que les intellectuels emploient pour qualifier la société actuelle et son système). Moi en tous cas cela me plait car je n’ai pas à réfléchir. Aujourd’hui la télé est une sorte de McDo’ géant ou le présentateur pourrais dire « Sur place ou à emporté ». Le téléspectateur (le client) est roi et on lui sert de la merde télévisée, de la connerie sur un plateau. C’est pas la restauration rapide pour l’estomac, mais c’est quand même l’indigestion assurée !

Mon émission favorite : Pop stars. Là, des millions de gens dans toutes les villes de France viennent passer des auditions de chants et de danses devant  des jurys inconnus du grands public (mais apparemment très connus des « peoples ») pour se faire casser devant la France entière parce qu’ils ne savent pas chanter, ou danser, ou les deux. Enfin bon, en ce moment, c’est la grande mode de la télé-réalité et comme disent les vieux quand ils sont vulgaires « des merdes américaines » !

Déjà huit heure : encore à la bourre ! Pourquoi ça n’arrive qu’à moi de se lever à huit heures pour être à l’arrêt à huit heures cinq ?

-    Toujours pas de ticket ?

-    Toujours pas…

Il est revenu !

-    Allez monte ! Eh petite ! La vieille du fond veut te parler !

-    Hein ? Ouais…

-    Bonjour, Iaüle.

Je suis repérée…

-    Comment-vous connaissez mon prénom ?

-    Un mystère de la vie… Alors tu as pris ta décision ?

Silence… Technique employée souvent par ma personne pour éviter de répondre aux questions gênantes. Pourquoi je ne possède pas la science infuse ?

-    Iaüle ?

Lui répond pas sinon tu vas dire une connerie…

-    Tu es d’accord pour ce travail ?

-    Oui

Pourquoi j’ai dis ça ?

-    Merveilleux ! Tu commences quand ?

Jamais…

-    Mercredi à quatorze heures ça te va ?

Non !

-    Oui !

Je suis totalement folle !

-    Déjà arrivée ! Le temps passe vite !

On doit pas avoir la même notion de la chose

-    Au revoir !

Sourire commercial et forcé pour paraître super contente…

Génial ! Maintenant je dois aller me farcir les oreilles de papotage inutile d’une vielle folle, et de la poussière dans les yeux, le nez, tous les pores de la peau.

Le lycée : rien de folichon aujourd’hui… Encore que la journée est vite passée ce qui est extrêmement rare.

La vieille : elle m’a pas donné son adresse. Ca me fait une excuse pour pas y aller (Tu es véritablement puérile !) Pourquoi ai-je une conscience ?

-    Mamie ! Je suis rentrée ?

-    Oh Bouchon ! Madame Prepai est là : je crois que tu la connaît déjà.

Pas le moins du monde, mais si tu le dis.

-    Bonsoir Iaüle !

La vieille ? Qu’est-ce qu’elle fait là ?

-    Madeleine m’a dit que tu avais accepté de travailler pour elle…

-    Contre de l’argent ! Cinquante euros, cela te va ?

-    Oui.

Chaos le plus total dans ce qui me reste de cerveau !

-    J’étais venue te porter mon adresse : je ne t’avais pas renseignée sur ce point. A demain donc. Bonne soirée !

Iaüle remet toi et file dans ta chambre avant d’être assaillie de questions par mamie.

-    C’est une bonne chose pour elle…

Et blabla ça jacasse pendant des heures… Enfin mon lit si douillet, si confortable. Voyons voir l’adresse : où je l’ai mis, ce bout de papier là ? Non… Ah, le voila ! Cette manie de tous mettre dans les poches ! Elles sont tellement pleines, on dirait qu’elles vont exploser.

« 5 rue de la Bonne Fortune »… Je connais pas… Plan de la ville sur Internet… Mais cette rue, elle existe pas !

Posté par newjane à 18:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    attirée par la curiosité...

    euh c'est simpa mais c'est quoi le rapport avec jane eyre

    moi je me suis dit tiens il a lu le livre mais qu'est ce que a va etre donc?
    c parce que ca vie n'est pas rose au début???
    bref c'est simpa bon maitenant je vais lire le chapitre deux... j'aime bien l'état d'esprit ado et comment tu l'as bien retranscris ...ca me fait penser a tryo "sortez les >>poubelles ordure télévisuelle...vive mon frigo vive ma télé il est plus vide qu'elle est blindéee..."

    Posté par mad cow, 16 juillet 2006 à 12:00

Poster un commentaire